Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 15:45

Depuis début juin 2009, je conduis des diagnostics RH et GPEC1 dans des PME de la Gironde. Cette action s’inscrit dans l’action de sensibilisation à la GPEC débutée en mai dernier.

 

En 2 mois, j’ai donc mené 12 audits auprès de PME (40 salariés en moyenne) positionnées sur des secteurs variés :

  • La santé
  • Le service à la personne
  • La communication, le marketing direct et le web marketing
  • Le bois
  • Le marché du vin (négoces, châteaux, …)

Suite aux entretiens et à l’analyse des documents fournis, les problématiques détectées dans ces entreprises ont été :

  • Les difficultés pour recruter et fidéliser une force commerciale externe (VRP et agents commerciaux)
  • La non anticipation de nombreux départs à la retraite (souvent sur des postes clés)
  • L’absence d’un management intermédiaire structuré, accompagné et formé
  • Le manque d’outil pour développer et suivre les compétences des salariés (dans des secteurs où pourtant l’augmentation de la polyvalence ou la spécialisation des salariés est un enjeu stratégique)
  • L’absence de formalisation de la formation interne

Enfin, plusieurs points de vigilances ont été relevés par rapport au climat social.


En effet, certaines entreprises se trouvent dans un contexte de changement très fort (développement, réorientation stratégique, évolution des métiers, démarche qualité, déménagement, …) et ne peuvent suivre et mesurer l’impact sur le climat de l’entreprise. Elles ne peuvent que constater (mais trop tard) que ces changements (qui ne sont pas véritablement pilotés) provoquent des freins (turn-over, absentéisme, accident du travail, conflit, …) qu’elles ne peuvent évaluer.

 

Chacune des restitutions étaient accompagnées d’un plan d’action formalisé. Les échanges avec les chefs d’entreprise concernés ont été constructifs et les prises de conscience réelles. Mais l’opération n’est pas terminée et c’est en comptant le nombre d’entreprises qui suivront concrètement ces plans d’action que l’on pourra mesurer le succès (ou pas) de cette action.

 

Nous en saurons plus dans quelques mois.

 

En effet, les prochaines étapes sont :

  • Septembre : poursuite des diagnostics sur les dernières entreprises girondines et démarrage des audits en Dordogne
  • Octobre : restitution collective et démarrage des groupes de travail
  • Novembre : clôture de l’action avec la formalisation des plans d’action réajustés par les entreprises participantes.

Bref, pas de quoi s’ennuyer !!!

1 Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Partager cet article

Published by Vincent Pereira
commenter cet article

commentaires

Denis du 93 21/10/2009 17:06


Tout à fait d'accord avec votre analyse. Moi même chef de groupe depuis 3 ans (secteur industriel), j'ai connu de réelles difficultés dans ma 1ère année. Par exemple, je n'avais pas été préparé à
diriger mes anciens collègues, tous plus anciens que moi.
5 jours de formation m'on permis de désamorcer quelques bombes. Tout n'est pas réglé mais la direction joue le jeu et me soutien. Si je n'avais pas eu tout ça, je ne serais pas resté. Je me serais
"cramé" en même pas 2 ans.
Moralité, si vous êtes un nouveau encadrant, n'hesitez pas à négocier une formation pour le début.


Vincent Pereira 12/10/2009 15:03


Il est clair que c'est une problématique commune au monde de la PME. Très souvent, sur le terrain, on rencontre des managers de proximité (chef d'équipe, d'atelier, de service, de rayon, ...) qui
maîtrisent un ensemble de compétences techniques mais qui se trouvent en difficulté par manque de formation ou d'accompagnement. En effet, aujourd'hui on leur demande aussi de gérer de l'Humain
dans l'entreprise (recruter, intégrer, former, communiquer, recadrer, ...). Et sur ce point, leurs expertises métiers ne suffisent plus. Souvent avec un repositionnement + de la formation + un
accompagnement de la hiérarchie, cette situation peut être régulée.

Pour finir, parfois, l'origine du problème est ailleurs : le dirigeant, malgré la mise en place d'un encadrement intermédiaire, n'arrive pas à déléguer et créé une dépendance qui bloque toute
autonomie.

De mon point de vue, l'avenir des PME passent aussi par la consolidation de cet encadrement intermédiaire.


Mon intranet 12/10/2009 14:40


Vous avez mis le doigt sur un problème caractéristique des PME : la course après le temps qui induit un manque de structure au niveau du middle management...


Vincent Pereira 07/09/2009 15:42

Merci beaucoup. Je file tout de suite sur votre site. A bientôt.

France 23/08/2009 10:06

Arrivée jusqu'à vous par hasard effectivement, je ne regrette pas le voyage. Je vais suivre votre blog avec beaucoup d'intérêt, ainsi que celui consacré à la GPEC en Aquitaine. Nos chemins se croiseront peut-être un de ces jours.Excellent dimanche sous le soleil