Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 19:46

comportement internet

 

Depuis plusieurs semaines, je suis amené à analyser un grand nombre de sites (pour des formations ou des projets de refonte). Après de nombreuses heures à décortiquer des sites (vitrines et marchands), je constate que souvent parfois, certaines règles de bases sont oubliées. J’en profite donc pour faire un point sur ce qui me paraît essentiel dans la conception d’un site : la prise en compte du comportement et des habitudes des internautes (et plus précisément de votre cible).

 

Dans ce billet, je développerai 2 axes :

 

- Pourquoi il est essentiel de prendre en compte le comportement des internautes

- Comment s’y prendre dans un projet de conception de site Internet

 

Bon, partons du postulat suivant : les internautes qui visitent votre site doivent se l’approprier rapidement. C’est à dire qu’ils doivent trouver la navigation intuitive. Pour cela, il me semble indispensable, dans un projet de conception d’un site Internet, de tenir compte de leur expérience en tant qu’utilisateur.

 

En effet, avant d’arriver sur votre site, un internaute en a déjà visité des centaines d’autres et il en a tiré des apprentissages généraux. Il a ses repères et il applique, souvent inconsciemment, un certain nombre de règles. Il respecte des standards et des conventions. Sur votre site, il va donc chercher à les appliquer.

 

Mais quelle est la différence entre un standard et une convention ?

 

Jakob Nielsen (expert en ergonomie informatique) différencie standard et convention de la manière suivante :

 

- Lorsque plus de 80 % des sites utilisent le même principe, vous avez affaire à un standard (par exemple le bandeau de votre site ou le logo permet de revenir sur la page d’accueil en un clic)

- Lorsque 50 % à 79 % des sites utilisent le même principe, vous avez affaire à une convention

 

Autrement dit, lorsque les internautes voient quelque chose sur plus de la moitié des sites web, ils s’attendent à retrouver le même fonctionnement sur d’autres sites. Surtout les internautes les moins expérimentés qui s’attendent, dans leur logique d’utilisation, à ce que tous les sites fonctionnent de la même manière.

 

Si votre site respecte ces standards, il semblera simple et intuitif pour les utilisateurs. Si ce n’est pas le cas, votre internaute risque d’être perdu et quittera votre site (et un internaute de perdu, ce n’est pas forcement dix de retrouvés !).

 

Mais tout cela n’est pas nouveau. Déjà en 1889 (!) Ivan Pavlov avait développé sa théorie selon laquelle « les réactions acquises par apprentissage et habitude deviennent des réflexes … ». Le fameux reflexe de Pavlov sur le conditionnement.

 

Bref, on comprend mieux pourquoi dans de nombreux sondages, les internautes disent préférés des sites conventionnels pour leurs achats … et donc, pourquoi vous devez connaître leurs habitudes sur Internet.

 

La clé se situe en amont de votre projet

 

Une de vos premières tâches sera d’étudier votre cible sur Internet. Vous pouvez segmenter cette tâche en 2 étapes :

 

1ère étape : le profil

Commencez par séparer votre cible principale et vos cibles secondaires. Ensuite, sur chacune de ces cibles, posez-vous les questions suivantes :

 

- Est-ce un particulier ? Une entreprise ? Une association ?

- Où se trouvent-elles (géolocalisation) ?

- Quelle tranche d’âge ?

- Quels besoins par rapport à mes produits ou services ?

- Comment utilisent-elles mes produits ou mes services (et ceux des concurrents) ?

- Quelles sont leurs habitudes de consommation ?

 

Plus vous en savez sur vos cibles, mieux vous pourrez ensuite adapter votre site à leurs besoins. Et oui, il faudra vous mettre à leur place pour concevoir votre site.

 

2ème étape : les habitudes d’utilisation d’Internet

 

On attaque ensuite les questions en lien direct avec le sujet de ce billet :

 

- Mes clients ou mes prospects sont-ils des internautes aguerris ou pas ?

- Quels sont les sites qu’ils visitent (ceux de mon marché mais aussi ceux des marchés connexes) ?

- Qu’attendent-ils d’un site ?

- Comment naviguent-ils ?

- Sont-ils passifs ou actifs ?

- Existe-t-il des communautés où ils ont l’habitude de prendre la parole (forum par exemple) ?

 

Il vous faudra ensuite analyser ces données et les sites concernés par votre étude afin de finaliser votre cahier des charges.

 

Enfin, si dans votre entourage vous connaissez des personnes qui se rapprochent de votre cible, demandez-leur l’autorisation de les observer pendant qu’ils naviguent sur Internet. Vous serez surpris de nombre d’informations « utilisateurs » que vous allez récolter.

 

Le rôle du prestataire web

 

Si vous avez eu le courage de lire le billet jusqu’ici, peut-être vous posez-vous cette question : mais est-ce le rôle de l’entreprise de faire cette analyse ? Sous entendu, n’est-ce pas le rôle du prestataire ?

 

Je vois plusieurs pistes de réponses:

 

1. Plus vous aurez d’informations à donner à votre prestataire web, mieux il pourra répondre à votre demande. Donc, pour moi, la 1ère étape doit être prise en charge par l’entreprise (c’est elle qui connaît ses clients). D’ailleurs, je déconseille fortement à quiconque de lancer son activité (en ligne ou hors ligne) sans avoir travaillé cette étape ;-) Evidemment, par un questionnement pertinent et une écoute active, le prestataire peut vous aider à formaliser vos informations sur votre cible.

 

2. Pour la seconde étape, vous pouvez évidemment la réaliser seul, mais si vous connaissez un consultant reconnu pour ses compétences en matière d’étude de marché digitale, il ira certainement plus vite et plus loin que vous. Il aura en plus un regard externe qui vous permettra de prendre de la hauteur par rapport à votre projet. L’investissement dans cette prestation peut s’avérer très utile pour une boutique en ligne. Mais vous pouvez aussi choisir de passer cette étape et de faire confiance au prestataire web qui va concevoir votre site (lisez tout de même, le point 3, juste au cas où).

 

3. Beaucoup de prestataires web prendront le temps d’étudier votre cible avant de se lancer. Cependant, si vous rencontrez un prestataire qui vous tient le discours suivant :

 « On connaît parfaitement Internet et on sait de quoi vous avez besoin ! Vous savez, ça fait 10 ans qu’on fait des sites ! » … alors là, méfiez-vous.

 

 

N’hésitez-pas à poser des questions du genre : « Sur quoi vous basez-vous pour me faire cette proposition ? », « Vous appuyez-vous sur les habitudes de ma cible ? » « La connaissez-vous ? » « Si oui, pouvez-vous me donner des exemples concrets de ses habitudes » (les noms des sites visités par ma cible et non des généralités sur Internet) ?

 

Bref, même si cela prend un peu de temps, pensez vraiment à travailler votre cahier des charges avant de lancer votre appel d’offre.

 

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

 

  Vincent Pereira, formateur e-commerce et webmarketing

Partager cet article

Published by Vincent Pereira consultant web 2.0 et webmarketing - dans Formation webmarketing
commenter cet article

commentaires

patricia 19/05/2013 09:19


Un excellent article, détaillé, minutieux.
Il reflète bien la responsabilité et le sérieux requis lors de la conception d'un site web.

J'avoue que je connais peu d'agences web qui prennent en compte aussi finement la dimension marketing.


 

Vincent Pereira 19/05/2013 17:32



Merci Patricia :-)



Vincent Pereira 24/02/2011 21:47



Merci @market_ere pour le tweet ;-)


Bonne soirée.



@market_ere 24/02/2011 21:32



Merci pour cet article très intéressant. Et des chiffres assez saisissants (80% de sites web standards).
J'ai tweeté votre article @market_ere

A bientôt !



Vincent Pereira 09/02/2011 12:27



Merci à vous 2 pour votre regard professionnel. Effectivement, les prestataires web doivent cumuler dans leur équipes plusieurs compétences : webmarketing, graphisme, développement, ... C'est
ainsi qu'ils pourront répondre, dans la globalité, aux problématiques des entreprises.


Au plaisir d'échanger.



Denis 08/02/2011 06:56



Vous soulevez un problème : tous les prestataires web ne sont pas des marketeurs. Je crois que ce n'était pas un souci il y a 15 ans. Aujourd'hui, avec la très forte concurrence sur le web, c'est
une compétence indipensable.