Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 06:24

influence-avis-consommateurs

Qu'une grande partie des internautes prennent en compte les avis clients dans leur réflexion avant un acte d'achat n'est plus un secret. Si vous avez encore quelques doutes (voir l'image ci-dessus), vous pouvez consulter les autres chiffres de cette étude réalisée par Oliméo.


Mais voilà, l'ombre des faux avis avec son lot de cas avérés plane sur de nombreux sites. On trouve notamment plusieurs articles sur le web donnant des exemples de prestations pour générer des faux avis. Le plus détaillé à mon avis est celui-ci.


Voilà pourquoi l'Etat s'empare du sujet et commence à sévir. En effet, fin août, le secrétaire d'Etat à la Consommation, Frédéric Lefebvre, avait annoncé que "5 procédures contentieuses étaient en cours à l'encontre de sites ayant publié de faux avis clients". Rappelons que les auteurs de ces "pratiques commerciales trompeuses" risquent deux ans de prison et 187 500 euros d'amende.


Aussi, le projet de loi sur la protection des consommateurs qui sera examiné courant du mois devrait traiter ces mauvaises pratiques.


Enfin, l'Afnor travaille sur la création d'une norme visant à trier les vrais avis des faux. Après une réflexion avec les acteurs du e-commerce et les consommateurs, une norme visant les avis client pourrait donc voir le jour fin 2012.

 

Mais, malgré ces garde-fous bien légitimes, n'oublions pas que les internautes ne sont pas dupes. On apprend dans la dernière étude de Testntrust que :


- 60% des consommateurs interrogés se fient à la qualité de l’écriture et à la présence de commentaires positifs et négatifs pour évaluer la qualité d’un avis sur Internet

 

- 40% des personnes interrogées se basent sur la date de l’avis et sur le fait qu’il y ait des réponses précises à des questions

 

- Pour ce qui est des auteurs présumés de ces faux avis, les consommateurs soupçonnent d’abord « le professionnel concerné ou ses employés » à 55%, puis les « concurrents de la marque ou du site » à 40%.

 

Et vous, quelles sont vos méthodes pour trier les vrais avis des faux ?

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

    Vincent Pereira, formateur e-marketing et communication digitale

Partager cet article

Published by Vincent Pereira, consultant webmarketing - dans Formation e-commerce
commenter cet article

commentaires