Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 04:51

Les standards de la publicité classique ont changé. Face à une concurrence toujours plus forte, l’évolution des comportements des consommateurs et la diversification des canaux de diffusion, les marques doivent désormais se démarquer pour susciter l’intérêt.


Le storytelling (le fait de raconter une histoire) favorise une meilleure adhésion à une marque, un produit, une entreprise. Cette tendance permet avant tout de se différencier et de susciter un véritable intérêt pour un produit.


Le storytelling s’anime autour de deux axes :

 

-Les histoires sont racontées par l’entreprise.
-Les consommateurs construisent l’histoire par le biais d’expériences.


Les clés d’un storytelling réussi résultent d’un schéma narratif réfléchi avec :

 

-Un héros : le personnage central auquel il est facile de s’identifier
-Une intrigue engageante
-Des personnages secondaires positifs
-Une fin heureuse


Pourquoi utiliser le storytelling :


-Il fidélise et permet d’acquérir de nouveaux clients en jouant sur l’émotion
-Il donne ou redonne confiance en la marque
-Il permet une meilleure identification sur le long terme
-Il favorise les interactions en créant une communauté et des ambassadeurs
-Il utilise de nombreux canaux de communication


Les différents canaux de communication :


-La télévision
-La radio
-La presse
-Les affichages publicitaires
-Internet : blogs, sites web, plateformes communautaires, réseaux sociaux, mailing.



Quels supports utiliser ?


La vidéo  permet de raconter des histoires fortes en jouant sur les émotions. Les vidéos virales (diffusées via les réseaux sociaux) peuvent ainsi créer le buzz sur Internet et capter durablement l’attention des cibles. En effet celles-ci sont diffusées 12 fois plus qu’un simple lien vers du texte.
 

Les images représentent l’élément principal du storytelling. Efficaces, elles permettent de traduire instantanément une idée et de raconter des histoires. Les images sont facilement diffusables sur les réseaux sociaux et permettent d’avantage d’engagement. Que ce soit sur Twitter ou Facebook, les posts publiés avec des images sont les plus partagés. Par ailleurs, Instagram ou Pinterest traduisent parfaitement l’engouement pour les photographies qualitatives.
 

L’audio prolonge une histoire en la rendant plus captivante. Il permet de faire travailler l’imaginaire de la cible en jouant sur les émotions et les sentiments.
 

Le texte est l’essence même d’une histoire et permet de laisser libre cours à son imagination.
Il est possible de combiner supports et médias pour diffuser une histoire ; c’est ce qu’on appelle le transmédia.

 


Les avantages du transmédia


Le transmédia consiste donc à raconter une histoire sur différents canaux mais en développant un contenu différent pour chaque média. Il est cependant important de garder une cohérence entre tous les messages diffusés.
Savamment utilisé, le transmédia narratif permet d’enrichir son contenu et d’augmenter l’adhésion du consommateur sur le long terme. Par ailleurs, Internet a permis de décupler les interactions, l’engagement et l’implication du consommateur.
 

 

3 exemples de storytelling

 
Vous connaissez forcément les marques Oasis, Redbull ou encore Michel et Augustin. Ces trois enseignes ont bien compris que pour fidéliser leurs clients, il fallait leur apporter d’avantage qu’un simple produit mais un véritable univers de marque.


Oasis a misé sur une logique affective. Les fruits personnifiés sont drôles et attachants et les consommateurs prennent du plaisir à regarder leurs aventures via les réseaux sociaux. On dépasse ainsi le simple cadre de la boisson fraîche.



  OASIS_Frame_01-copie-1.jpg
 

 

 

Redbull mise lui sur ces activités annexes. Organisateur d’événements et détenant sa propre entreprise média, la firme est véritablement connectée à ses clients. En associant boissons énergisantes à la pratique de sports extrêmes et d’aventures fortes en général, son cœur de cible, un public jeune et dynamique, s’approprie réellement les valeurs de la marque.


redbull.jpg 
 

 

Michel et Augustin, la marque française crée par Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, est parti du constat que les produits de grandes distributions ne véhiculaient aucune histoire forte. Les « trublions du goût » ont ainsi crée un univers de marque décalé et drôle en se mettant en scène lors d’actions régulières de street-marketing. L’objectif est simple : être au plus près de leurs consommateurs en alliant produit de qualité et divertissement.


 ma.jpg
 

 

Les limites du storytelling


Attention cependant, le storytelling est à manier avec habileté. Il y a certains écueils à éviter:


-Le manque de sincérité. A l’instar de ces géants industriels ventant l’authenticité de leurs produits, une histoire inventée de toute pièce sera vite percée à jour. A l’heure du tout digital, les consommateurs veulent véritablement retrouver une certaine authenticité auprès des marques.


-Le complexe du père fondateur. L’un des dangers du storytelling centré sur le créateur de la marque est que celui-ci peut finir par étouffer l’image de la marque. L’époque de Steve Jobs et Apple fait cependant partie des quelques exemples qui prouvent que l’histoire et l’image du fondateur peuvent incarner un produit.


-L’éparpillement. A trop vouloir développer une histoire de marque complexe, on finit parfois par s’égarer. De même, certaines stars ou sportifs ambassadeurs collaborent avec plusieurs marques en même temps. Résultat ? Le message véhiculé perd en crédibilité.

 

En somme, le storytelling représente un bon moyen de développer son image et de fidéliser ses clients. Il est cependant important de bien définir sa stratégie en amont.
 

Enfin, depuis quelque temps, une nouvelle tendance fait son apparition, le Story Making. Certaines marques désirent aller plus loin que le simple récit d’une histoire mais elles souhaitent s’engager dans l’accompagnement de projets individuels en soutenant des personnalités ou des champions. A suivre…

 

 

Article écrit par Emma Labrador

Partager cet article

Published by Vincent Pereira - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article

commentaires