Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 09:17

Le taux de transformation correspond au nombres de ventes par rapport au nombre de visites sur votre boutique en ligne sur une période donnée.

 

Selon la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance), en 2010, le taux de transformation moyen d'un site d'e-commerce est de 1,8 % en France. La France est encore loin derrière le Royaume-Uni, où le taux de transformation moyen du B to C (l'entreprise vers le consommateur) est proche des 4 %.

 

Mais les sites d'e-commerce ne se ressemblent pas. Selon le secteur, le taux de transformation peut varier. Par exemple, les achats d’équipement de la maison sont généralement plus impliquant et le processus de décision plus long fait baisser le taux de transformation du secteur.

 

abandon-panier-2010

 

 

Voici quelques critères ou éléments qui peuvent impacter votre taux de transformation :

 

- L’ergonomie du site : le client se perd sur votre site, ne trouve pas les réponses à ses questions et besoins. Sa réaction ne se fait pas attendre, il quitte la boutique.


- Les visites de comparaison : lorsque le prix d’un produit est élevé, le client va prendre son temps, revenir plusieurs fois sur la boutique et comparer les offres avec les sites concurrents. Cette action fait mécaniquement baisser le taux de transformation.


- La transparence et l’e-réputation : l’acheteur veut savoir qui se cache derrière ce site (surtout pour les produits dont les prix sont élevés). Si un élément lui paraît louche, il préférera acheter sur une boutique plus connue. A défaut de notoriété, donnez le maximum d’informations pour susciter la confiance (un n° de téléphone, une adresse, une bio, …).


- Le moyen de paiement : si vous n’offrez que le moyen de paiement A et que le client utilise le moyen de paiement B, il ira acheter ailleurs. Dommage …


On pourrait aussi parler du mode de livraison, des frais de port, du formulaire, de la facilité à commander, … mais chacun de ces points mériteraient un billet tant il y a de choses à dire.

 

Pour résumer,  il est indispensable pour un e-commerçant de connaître et améliorer son taux de transformation (surtout si une majorité du trafic est réalisé par des liens sponsorisés du type Adwords).

 

 

Vincent Pereira, formateur e-commerce

Partager cet article

Published by Vincent Pereira consultant web 2.0 et webmarketing - dans Formation e-commerce
commenter cet article

commentaires