Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 05:08

kierkptgjp-portrait-by-steph

Je n’aurais jamais cru trouver, dans un livre de philosophie danoise, un résumé aussi brillant de la posture que tout formateur, consultant, coach, enseignant, … devrait avoir.

 

Ces mots sont de Sören Kierkegaard (portrait ci-dessus), philosophe danois (1813-1855).

 

Extrait :

 

« Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et, commencer là, justement là. Celui qui ne sait faire cela, se trompe lui-même quand il pense pouvoir aider les autres.

 

Pour aider un être, je dois certainement comprendre ce qu’il comprend. Si je n’y parviens pas, il ne sert à rien que je sois plus capable et plus savant que lui.

 

Si je désire avant tout montrer ce que je sais, c’est parce que je suis orgueilleux et cherche à être admiré de l’autre plutôt que de l’aider.

 

Tout soutien commence avec humilité devant celui que je veux accompagner … ».

 

C’est le genre de lecture qui peut permettre de recentrer sa propre pratique ou au moins, de prendre un peu de hauteur.

 

A méditer …

Partager cet article

Published by Vincent Pereira formateur & consultant webmarketing - dans Pédagogie et materiel
commenter cet article

commentaires

Vincent Pereira 08/04/2010 08:19



Merci Emeric pour ce témoignage. Je suis content de voir l'intérêt que portent les formateurs et consultants à la méthode active. Un de ces 4, il faudra tous que l'on parle de
l'importance du debriefing à la fin d'un jeu de rôle par exemple.


Bonne journée



Emeric VIDAL 07/04/2010 19:42



C'est bien là l'une des grandes différences entre un "enseignant" ,qui transmet un savoir, et un "formateur" qui joue un rôle de ressource par rapport au attentes de l'apprenant.
Il est très important d'identifier les motivations de l'apprenant (adulte) afin que celui ci devienne acteur de sa formation.


"Nul ne peut contraindre un individu à apprendre !"


la pédagogie active est une excellente solution.En effet dans ce système l'apprenant est au coeur du dispositif d'apprentissage. Je l'utilise tout les jours dans mes pratiques
professionnelles de formateur (entreprise d'entrainement pédagogique, magasin d'application pédagogique etc...)


j'ai écrit quelques billets sur les méthodes pédagogiques sur mon blogpro emericvidal.blogspot.com



Sébastien.M 01/04/2010 07:15



Hello Vincent


 


Pour répondre à ta question sur les méthodes actives, je ne me sers des cours magistraux que face à des étudiants et encore....


Quelque soit le domaine d'intervention de l'atelier (terme que je trouve plus dynamique que formation), les participants (idem) sont systèmatiquement mis en situation. Ils suent, ils gueulent,
ils font des efforts, etc...mais ils repartent ravis parce qu'ils sont capables de faire et refaire à l'issue de l'atelier et non ils ont les outils pour faire.


Et du point de vue perso, avec ce mode pédagogique, au lieu de former, je conseille, j'accompagne, je m'éclate davantage.


Résultat : Tout le monde est content.


Pour conclure sur un mode ironique, il y a ceux qui vont en formation et ceux qui vont en expédition d'apprentissage (Learning Expedition).


 


Bien à toi



Vincent Pereira 31/03/2010 19:36



Aurélie : tu n'as qu'à scotcher ce texte bien en vue, sur le mur de ton bureau ... Non, je plaisante, ne t'attire pas d'ennuie avec l'éducation nationale. Même si,
dans ma vie, j'ai déjà rencontré des enseignants pédagogues.


Sébastien : merci pour ces saines lectures !!! Je vais lire ces billets avec attention.


Au passage, pour tous les
2, un petit partage d'expérience à chaud : je viens de finir une journée de formation vraiment riche (3ème journée d'une formation marketing pour des salariés). Pour cette
journée, j'ai créé un jeu de rôle dont l'objectif était de permettre aux participants de mettre en pratique les connaissances acquises précédemment. Le travail en amont était énorme, mais à la
fin de la journée, quand tu fais le bilan, y'a pas photo : la méthode active apporte vraiment de très bons résultats (notamment au niveau de l'ancrage je trouve). Si vous avez déjà pratiqué ce
type d'expérience, votre retour m'intéresse.


Bonne soirée


 


 



Sébastien.M 31/03/2010 10:21



Hello Vincent,


Tant je partage ton avis sur cette posture dans laquelle doit être un coach tant pour un formateur, je suis plus nuancé. Si nous nous référons aux travaux de Blake, Mouton et spier, les
formateurs connaissent 5 postures différentes qui répondent aussi bien aux besoins de l'apprenant définis par l'entreprise qu'à ceux de l'entreprise défini par l'apprenant. Je t'invite à lire le
billet sur les 5 formateurs.


Ensuite, j'apporterai une nuance supplémentaire pour différencier le formateur du professeur qui n'a pas les mêmes publics et ce indépendamment de l'âge.


La posture en formation initiale est différente de celle en formation continue même si nous pouvons retrouver dans ces 2 populations des personnes qui ont besoin de faire émerger leurs
compétences déjà acquises mais oubliées (Cf le bilan de compétences) ou de passer de l'étape de l'ignorance à l'intégration. A ta disposition un billet sur les 5 niveaux d'apprentissages pour
modéliser l'excellence.


Pour conclure sur les écrits de Kierkegaard, il est bon de se rappeler que la posture du coach était déjà soumise à  réflexion au 19e siècle.


 


Merci de nous rappeler que nous n'avons finalement rien inventé depuis. :)


 


A très bientôt.