Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 07:20

logo buzz trotteur-HD

Julie et Vincent sont des travailleurs indépendants de la région bordelaise (rédactrice web et développeur).


Leur particularités ? Ils ont expérimenté le nomadisme entrepreneurial !


Le concept est simple : voyager à travers le monde tout en conservant son activité professionnelle.


Sur leur blog BuzzTrotter, ils racontent leur expérience, livrent des conseils et mettent en avant d'autres entrepreneurs nomades.

 

blog buzz trotteur
Mais comment on gère son entreprise en voyageant autour du monde ? Comment on s'organise d'un point vu professionnel ? Quelles sont les difficultés ? ... Julie a bien voulu répondre à toutes nos questions et nous explique ce concept dans l'interview qui suit.


 

- Bonjour Julie. Peux-tu nous raconter votre périple ?
 

- Bonjour Vincent, nous nous sommes concentrés, pendant 6 mois, sur l’Asie avec notamment la julie_buzztrotter.jpgThaïlande, le Laos, le Cambodge, le Japon et la Corée du Sud, ce qui nous a permis de voir des pays totalement différents dans leur quotidien et dans leur approche du travail. Nous sommes partis début mars 2012 et sommes rentrés en août. Avant ce grand voyage, nous étions partis un mois en Thaïlande, en décembre dernier, pour nous tester dans de vraies conditions de travail et de voyage. Il nous avait permis de nous rendre compte de pas mal de petites choses à ajuster avant le grand départ.


- Qu'est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans ce projet ?
 

 

- Une grande envie d’évasion déjà ! Nous sommes tous les deux assez voyageurs et j’avais très envie de partir plus que les 3 semaines réglementaires… Sauf qu’en étant entrepreneur, c’est assez difficile de tout lâcher pendant 6 mois ou 1 an, sans se retourner. Le retour peut alors être compliqué à gérer et surtout le réseau ne vous attend pas. Il fallait donc trouver une solution et c’est comme cela que nous sommes arrivés au fait qu’on pouvait voyager ET travailler en même temps. La lecture du livre de Tim Ferris* nous a conforté dans cette idée, même si, maintenant que nous sommes revenus, on se dit qu’il n’est pas vraiment adapté à la réalité du terrain pour des entrepreneurs lambda qui ne peuvent/veulent pas sous-traiter à tout bout de champs !


* La semaine de 4 heures
 

 

- Comment peut-on travailler et voyager en même temps ? Comment organise-t-on ses journées ?
 

 

- Le point le plus important, en amont, c'est l'organisation afin de ne pas rencontrer de difficultés, notamment administratives, à l’autre bout de la Terre. C’est une condition qui me paraît essentielle au bon déroulement du voyage, être serein par rapport à la partie administrative, aux impôts à payer, à la comptabilité...

 

Ensuite, une majorité de nos dossiers devaient être accessibles partout où nous étions, il fallait tout dématérialiser pour ne pas être encombrés de papier à transporter.

 

Une fois que tout ceci est mis en place, nous découpions nos journées pour profiter autant du voyage que du temps de travail : le matin à la fraîche, nous faisions les balades, les transports, les rencontres et l’après-midi avec la chaleur nous restions dans les espaces de coworking, les bureaux climatisés ou les chambres d’hôtel. Finalement, cela correspondait aussi parfaitement au décalage horaire que nous avions avec la France. Bien sûr parfois, il faut rester éveillé tard car une réunion téléphonique peut avoir lieu à 23h pour nous (et 17h en France) mais c’est le jeu !


- Pour toi, quelles ont été les tâches les plus faciles à gérer ?


- Pour moi, clairement, la comptabilité et l'administratif ont été les tâches les plus faciles à gérer. Nous nous étions vraiment bien préparés : nos clients étaient au courant que nous privilégions les virements plutôt que les chèques par exemple et nous avions des logiciels de facturation en ligne donc tout roulait. Ensuite la relation client est facilitée avec les mails, skype ou autres solutions.
 

 

- Et les tâches les plus difficiles à gérer ?


- Rien ne m’a semblé compliqué, à part, parfois, au niveau des relations clients quand les personnes veulent vous rencontrer et que le fait d’avoir une relation uniquement par mail et téléphone ne leur convient pas forcément.

 

Il y a toujours des irréductibles avec lesquels on ne peut pas travailler et c’est dommage. C’est l’unique problème qu’on a pu rencontrer, le reste était plutôt simple à gérer au quotidien mis à part les coupures de courant, le manque de wifi et autres joies du voyage ! Nous avions d’ailleurs fait un article sur les difficultés que peuvent rencontrer les nomades.

- Sur votre blog, vous partagez des astuces de technomades, quels premiers conseils pourriez-vous donner à un entrepreneur qui souhaiterait expérimenter le nomadisme ?


- Je dirais tout d’abord qu’il est important de s’organiser en amont et notre voyage test d’un mois nous l’a bien prouvé. On ne pense pas à tout, on n’a pas forcément les sacs appropriés, on pense qu’il suffit de prendre son ordinateur et de partir mais c’est faux. Je m’en suis rendue compte le jour où j’ai dû payer un prestataire et que ma banque me demandait les chiffres qu’il y avait sur ma carte secrète (un principe de bataille navale) et que je ne l’avais pas scannée. Impossible de payer la personne, je l’ai fait au retour et ça a été un bon moyen de me rendre compte qu’il fallait scanner un maximum de papiers administratifs !

 

Ensuite, si vous pouvez avoir une personne de confiance en France qui peut vous dépanner en cas de courrier perdu, de signature à faire ou de papier à remplir c’est une grande aide. Notamment pour ceux qui ont un bilan de société à faire en cours de route, comme cela a été mon cas…
 

 

- Les entrepreneurs nomades sont-ils tous du numérique ou d'autres métiers peuvent-ils se prêter à ce concept ?


- Globalement oui, on peut dire que le numérique représente une grande partir des nomades (ou technomades comme on dit), au travers de développeur web, de rédacteur, de graphiste ou encore de blogueur. Pourtant, nous avons aussi rencontré des photographes, des journalistes ou des traducteurs. Dans tous les cas, il s’agit d’un métier que l’on peut prendre dans ses bagages, un métier qui ne nécessite qu’une connexion internet, un ordinateur et une prise de courant.
 

 

- Humainement, je ne doute pas que cette expérience fut extrêmement riche. Mais que vous a t'elle apporté d'un point de vue professionnel ?


- Au-delà de l’expérience humaine, cette aventure nous a appris deux notions : la productivité et le fait de pouvoir travailler de partout. La productivité car notre objectif était de ne travailler que l’après-midi (sauf cas de force majeure) pour profiter aussi de la partie voyage, sinon aucun intérêt de partir. Résultat, vous ne perdez pas de temps, puisque le téléphone est à éviter, vous vous concentrez sur des mails plus rapides à gérer et à envoyer et vous allez à l’essentiel. Ensuite quand vous avez travaillé dans un bus, un aéroport, une chambre d’hôtel, le hall d’une auberge de jeunesse, un zoo… Vous pouvez travailler de partout et surtout créer une bulle de calme et de concentration utile en toutes circonstances. Ces deux notions, nous les utilisons toujours dès que nous pouvons.

- Vous avez interviewé plusieurs entrepreneurs nomades sur votre blog. Pour vous, est-ce un phénomène minoritaire ou est-ce une véritable tendance qui est en train de s'installer ?


- Je dirais que cela reste un phénomène minoritaire mais qui s’inscrit dans une tendance qui commence à véritablement décoller. Entre les notions de télétravail et de coworking dont on entend de plus en plus parler, le nomadisme devient une extension de tout cela. Une fois que vous avez déjà un pied dans le télétravail, que vous êtes autonome dans votre façon de travailler, finalement le nomadisme consiste « juste » à faire la même chose, mais dans un autre pays.

 

Aujourd’hui, vous avez de plus en plus de reportages et d’actions en faveur du télétravail, qui devient une façon de travailler différente et intéressante même pour les salariés. Le fait d’orienter les personnes vers cette nouvelle façon de travailler, les pousse à aller voir encore plus loin et pour les plus aventuriers d’entre eux, à aller jusqu’à partir avec un sac à dos pour travailler et voyager en même temps…
 Entrepreneur-nomade.jpg

 

Merci à Julie pour ce témoignage passionnant !

 

Pour information (et c'est une excellente nouvelle !), Julie et Vincent vont publier un guide pratique à l’usage de ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat nomade.

 

Pour vous tenir au courant de sa sortie prochaine, envoyez-leur un mail.

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

 

     Vincent Pereira, consultant webmarketing Bordeaux

Published by Vincent Pereira, formateur communication digitale - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 05:00

Aujourd'hui, je vous propose un billet rédigé par une invitée. Il s'agit de Sophie Saint-Martin (chargée de communication) qui décortique pour nous Do you buzz, le service de CV en ligne. Je précise que cette rédactrice souhaite nous faire partager une découverte et ne travaille en aucun cas pour Do you buzz . Bonne lecture.

 

logo do you buzz

 

Que l’on soit en recherche d’emploi ou en poste, un CV en ligne est un outil indispensable pour s’assurer une bonne visibilité sur la toile. Le site Internet Do you buzz propose ce service gratuitement et en quelques clics. Do you buzz est une formidable CVthèque où il serait dommage de ne pas être !


Mais pourquoi choisir www.doyoubuzz.fr ?


Raison 1. C’est facile !


Pour s’inscrire, rien de plus simple. Rendez-vous sur www.doyoubuzz.fr, créez votre compte puis validez-le par mail.

 

Le tour est joué, vous possédez maintenant l’adresse personnalisée de votre CV (http://www.doyoubuzz.com/prénom-nom). CV que vous pouvez compléter dès maintenant.

 

Vous trouverez les rubriques habituelles : expériences, formations, compétences, … Vos mises à jour se font en temps réel ce qui permet, très vite, de se faire une idée du résultat.

 

Raison 2. Utilisez votre profil Viadéo (ou LinkedIn)

 

importer données do you buzz

 

Si vous possédez un profil sur Viadéo  ou sur LinkedIn par exemple, entrez simplement l’adresse url de votre profil et là, magie de l’Internet, quelques secondes plus tard, do you buzz a intégré toutes vos données dans les rubriques correspondantes.

 

Mais attention, soyez vigilant, une relecture attentive est plus que nécessaire pour remettre un peu d’ordre (et oui, la perfection n’existe pas !). Une virgule, une apostrophe ont pu passer à la trappe !

 

Et puis, c’est aussi l’occasion de mettre à jour vos données. D’ailleurs après chaque mise à jour, soyez vigilant, vérifiez bien vos corrections, l’ordre des blocs peut s’inverser (il vous suffira de les faire glisser pour les remettre dans l’ordre).


Raison 3. Pas besoin d’être graphiste

 

design tuto do you buzz

 

Do you buzz propose, dans sa version gratuite, 8 design différents (et encore plus de possibilités si vous changez la couleur) que vous pouvez accommoder à votre goût. Et là, vous passez pour un pro du graphisme sans pour autant être webdesigner !


Votre CV prend ainsi la forme d’un site Internet. Les différents onglets facilitent la navigation qui est alors très intuitive.


Raison 4 : Image, présentation, vidéo : on aura tout vu ! 


L’énorme avantage d’un CV en ligne vis-à-vis du format papier reste la quantité d’informations que l’on peut y intégrer.

 

Plus besoin de s’énerver pour tout faire rentrer dans le format A4. Ici, vous avez la possibilité de détailler (attention tout de même à ne pas être trop fouillis) vos différentes expériences ou aussi présenter votre projet.

 

Vous pouvez intégrer des photos, présentations, vidéos (3 minutes max.) ou encore des adresses de sites web. L’occasion donc de montrer le dernier logo que vous avez créé, le support de votre dernière conférence et pourquoi pas, glisser vos lettres de recommandations (pensez tout de même à prévenir les auteurs des courriers).


Raison 5. C’est clair !


Quel que soit la mise en page choisie, la page d’accueil est paramétrée pour reprendre de manière synthétique les informations de votre CV. Ensuite, vous naviguez grâce aux différents onglets pour obtenir plus de détails. Bref, il suffit de quelques secondes pour que le visiteur se fasse une idée de votre CV.


Raison 6 : Formulaire de contact


Le but d’un CV en ligne est d’être contacté. Donc, pensez à laisser quelques informations vous concernant pour être joignable rapidement. Ce serait dommage de passer à côté de l’opportunité du siècle ! Do you buzz propose un formulaire de contact facilitant la mise en relation.

 

formulaire contact do you buzz

 

Raison 7. Exportez votre CV au format pdf


Une fois votre CV terminé, vous pouvez l’exporter au format .pdf ou .doc et donner l’occasion à vos visiteurs de le télécharger.

 

Pensez à sélectionner les informations que vous voulez faire apparaître car tout n’est pas réellement indispensable pour la version papier. Pour cela, cliquez en haut à droite de la page sur l’icône « Télécharger » et sélectionnez les éléments qui seront affichés pour votre CV version imprimable.

telecharger cv do you buzz

Vous obtenez ainsi une version imprimable de votre CV et pouvez l’adapter en fonction de votre besoin (par exemple, certains recruteurs souhaitent obtenir des CV sans photo).


Raison 8. Partagez votre CV sur les réseaux sociaux


Vous pouvez également exporter votre CV vers les réseaux sociaux de votre choix. Cela se passe ici : Export / Facebook/Twitter / Partager mon CV et cliquez sur l’icône correspondant :

 

partager son cv sur do you buzz

Raison 9. Visibilité efficace


Si tout va bien, en moins de 24 heures, votre CV sera référencé dans les moteurs de recherche. Pour cela, pensez à autoriser Do you buzz à référencer votre CV. Cela se passe ici : configuration/paramètre d’accès (comme ci-dessous) :

 

diffusion cv sur do you buzz

 

Aussi pensez à soigner le titre et le texte de présentation de votre CV qui seront repris par le moteur de recherche. Allez dans Configuration / Infos générales / Titre du CV et Description :

 

texte accueil do you buzz

Parce que finalement, il n’y a pas que des recruteurs qui peuvent regarder votre CV. Une connaissance, un collègue, votre patron peut aussi être tenté de taper votre nom sur Google… qui sait ce qu’il y trouvera !


Raison 10. Publiez un lien vers votre CV

 

Si vous possédez un blog ou un site perso, vous pouvez exporter un badge qui redirigera l’internaute vers votre CV. En voici un exemple ci-dessous :

 

CV Sophie Saint-Martin

 

 

Compte Premium


Pour être complète, voici des fonctionnalités supplémentaires que vous pouvez obtenir grâce au compte premium (29,90€/an) :


- Une adresse personnelle (http://www.prénom-nom.com) sans la mention do you buzz

- L’accès à vos statistiques (service de Google Analytics)

- Un portfolio illimité

- Encore plus de designs

- Un nombre de CV illimité dont des versions multilingues

 

En conclusion


Un CV en ligne est incontestablement un bon moyen de vous faire connaître sur la toile.

 

Pensez à le conserver à jour. Face à la multiplicité des comptes perso et des réseaux sociaux, veillez aussi à ce que vos différents profils (Facebook, Viadéo et les autres) possèdent les mêmes informations.

 

Restez cohérent, sinon, cela peut très vite faire désordre et peu professionnel face à un éventuel recruteur.

 

Si vous voulez voir des exemples de CV, vous pouvez consulter :


- Le CV d’une chargée de communication (le mien  )  

- L’index de tous les CV de do you buzz  

 

 

 

avatar sophie formateurconsultant

 

 

Article rédigé par Sophie Saint-Martin, rédactrice et chargée de communication. Pour en savoir plus sur son profil, retrouvez son CV en ligne ici.

Published by Vincent Pereira - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 08:07

recrutement-facebook

 

Grâce à cette vidéo, nous pouvons écouter des recruteurs qui expliquent comment ils utilisent les réseaux sociaux dans leur activité RH. Même si l’échantillon n’est certainement pas représentatif, leurs témoignages sont plutôt instructifs.

 


Est-ce que les recruteurs utilisent les réseaux sociaux ?
envoyé par RegionsJob. - Découvrez plus de vidéos de mode.

 

Et vous, vous utilisez les réseaux sociaux pour recruter ?

 

 

Vincent Pereira, formateur sur les médias sociaux

Published by Vincent Pereira consultant web 2.0 et webmarketing - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 08:24

JeanBenoist-WerthOn voit fleurir sur le web des centaines de vidéos d’étudiants ou demandeurs d’emploi qui présentent leurs compétences aux entreprises. On appelle cela des CV vidéo.

 

Mais est-ce que réaliser une vidéo pour valoriser son profil est une action pertinente ?

 

Voici un rapide inventaire des avantages et des risques :

 

Avantages

 

Même si ce n’est plus « nouveau », le format vidéo reste encore innovant et se démarque d’un CV classique

 buzz

Le candidat se distingue parmi la masse de CV traditionnels

 

Le candidat prouve qu'il sait se vendre en quelques minutes

 

Le recruteur peut rapidement se faire une idée sur le dynamisme du candidat, son aisance, sa capacité à s’exprimer, …

 

Les vidéos les plus créatives font l’objet de buzz et sont relayées sur de nombreux sites, blogs, plateformes, …

 

La vidéo peut permettre de faire ses preuves par l’image. On y pense souvent pour les métiers du graphisme ou de la communication (je démontre à l’entreprise que je sais réaliser une vidéo) mais on pourrait imaginer que certains profils dans les métiers de l’artisanat pourraient aussi montrer leur savoir faire grâce à une vidéo

 

Il existe des plateformes uniquement pour les CV vidéo  (youjob.com , easyCV.fr, easyview.fr , orientation-cv-video)

 

Risques

 

Le CV vidéo reste pertinent pour certains métiers (graphisme, communication, audiovisuel, …) mais peut ne rien apporter pour d’autres (comptabilité ? huissier ? Hôtesse de caisse ? …)

 

La cible (entreprise, recruteur, …) peut être complètement déconnectée des pratiques 2.0 et ne elie semounjamais vous remarquer (malgré un énorme buzz sur la toile). Elle peut aussi ne pas vous prendre au sérieux

 

La vidéo est un format à double tranchant. Un son un peu sourd, un discours mal préparé, une voix hésitante, une séquence mal cadrée, … autant d’ingrédients qui peuvent, n’ayons pas peur des mots, vous « ridiculiser ». Votre vidéo ressemble plus aux petites annonces d’Elie Semoun qu’une vidéo professionnelle crédible. Le pire est qu’elle peut générer un buzz négatif (on fait circuler cette vidéo pour se moquer)

 

Les vidéos trop longues peuvent être zappées par les recruteurs

 

Pour en savoir plus, sur ces risques, vous pouvez lire cet article : « évitez le format vidéo gag ! »

 


Moralité, posez-vous quelques questions avant de vous lancer :

 

-      Ai-je des compétences en vidéo (ou ai-je un(e) ami(e) qui a ces compétences) ?

-      Quelle est la culture web des entreprises ciblées ?

-      Ai-je une bonne idée (courte et percutante) pour valoriser mon profil ?

-      Le CV vidéo est-il adapté au secteur visé ?

 

Pour conclure, voici une petite sélection de CV vidéo qui m’ont accroché :





CV vidéo Sophie Garrigues from Sophie Garrigues on Vimeo.



Et puis rappellez-vous celui de Florence Porcel, présenté sur ce blog.


Vincent Pereira, formateur web 2.0
Published by Vincent Pereira formateur & consultant webmarketing - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 07:15

APEC

L’
APEC est l’acteur majeur du marché de l'emploi cadre en France. Je voulais observer comment cette institution utilise le web 2.0 pour accompagner les cadres en recherche d’emploi. Je précise que cet article n’est pas un billet sponsorisé !!! Il rentre dans le cadre de mes recherches sur le web 2.0 et l’emploi.

 

Voici les différents outils 2.0 que j’ai identifiés :

 

-          Un profil sur Twitter avec plus de 1 300 abonnés et des Tweets quotidiens sur le marché de l’emploi http://twitter.com/apecfr

-          La possibilité de suivre des offres d’emploi ciblées par des flux RSS

-          Des partenariats avec des réseaux sociaux d’affaires comme Viadéo ou Linkedin

-          Une fonction chat pour échanger avec des recruteurs ou des professionnels

-          Un wiki des métiers

-          Un espace vidéo sur Dailymotion

-          Des blogs des consultants APEC

-          Un forum privé

 

Même s’il est vrai que le profil de leur public cible s’y prête, il faut souligner que l’APEC utilise ces outils de manières cohérentes. Certains apportent une vraie valeur ajoutée à leurs services (gain de temps pour les demandeurs d’emploi avec les flux RSS, mise en relation directe avec le chat, source d’information avec Twitter, sujets connexes avec les blogs des consultants, …). J’émets tout de même un doute sur le wiki métiers (Qui l’utilise ? Quels objectifs ? Quelle fréquentation ? …).

 

Enfin, j’ai sélectionné pour vous des vidéos sur les réseaux sociaux trouvées sur leur site.

 



 



 

 



Articles pouvant aussi vous intéresser : Les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux d'affaires, Utiliser le web pour trouver un emploi


Vincent Pereira formateur web 2.0

Published by Vincent Pereira - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 17:11

reflexion

Si vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous ne savez pas trop comment utiliser le web pour vous aider, voici un e-book qui est fait pour vous.

 

Il vient juste d’être publié (et rédigé) par Antoine Dupin. Je vous le propose car il est composé essentiellement d’interviews et de témoignages d’experts (Viadéo, Région Job, Keljob, …) qui permettent de mieux comprendre les enjeux de ces plates-formes. Mais vous trouverez aussi, en dernière partie, une analyse pertinente des circuits traditionnels et des réseaux sociaux.

eBook: L'Emploi par le web 

 



Si vous voulez télécharger ce document, il suffira simplement de vous inscrire gratuitement sur http://www.scribd.com/.

 

Enfin, si cet e-book vous plaît, ou mieux, s’il vous aide dans votre recherche d’emploi, n’hésitez pas à aller remercier Antoine Dupin sur son blog.

Published by Vincent Pereira - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 09:31

Il y a quelques mois, je suis intervenu pour le compte d’un organisme de formation afin de former des demandeurs d’emploi aux outils du web 2.0 (plus précisément : «  utiliser le web 2.0 pour développer son réseau professionnel, valoriser son profil et multiplier les opportunités d’emploi »).

Cette semaine, en cherchant de nouveaux exemples pour actualiser mes supports, j’ai découvert deux démarches qui illustrent parfaitement les possibilités qu’offre le web 2.0 pour les demandeurs d’emploi. Elles peuvent être classées en deux catégories :

1/ Le blog professionnel (ou blog emploi, ou blog CV, peu importe !)

Serez-vous mon prochain patron ? C’est la question que pose ouvertement Laurent Carré, professionnel du télémarketing, en recherche de nouvelles opportunités professionnelles. C’est aussi le titre de son blog (on ne peut pas faire plus explicite !).

Prochain patron

En plus de présenter clairement son expérience, ses compétences et son projet, ce blog propose un contenu pertinent en lien avec ses centres d’intérêts. Les rubriques sont claires : par exemple « le coin du recruteur » regroupe son CV, ses compétences, un portrait chinois, … 

Afin de pousser la démarche 2.0 jusqu’au bout, le blog est complété par une présence sur les réseaux sociaux tel que Viadéo par exemple.

Enfin, il explique de manière très claire la raison pour laquelle il a choisi le blog comme outil de communication.

La démarche suivante, je l’ai aussi trouvé sur le blog de Laurent Carré.

2/ La vidéo virale

Elle s’appelle Florence Porcel et elle cherche un contrat d’apprentissage dans le journalisme culturel. Comme Florence est talentueuse et qu’elle ne fait rien comme les autres, elle réalise une vidéo drôle et ciblée afin de se faire connaître.

 

Je ne sais pas si cette action lui a offert des opportunités immédiates, mais il est certain que le buzz circule à grande vitesse. Tapez Florence Porcel dans Google et vous verrez que tout le monde en parle ! De plus, sa vidéo est relayée sur Facebook et Twitter par de nombreux internautes

Florence utilise aussi un blog et un site internet.

A retenir

Afin d’éviter le « coup d’épée dans l’eau », ces actions 2.0 sont toujours connectées à d’autres outils web et traditionnels.

 

 
Bon courage à nos deux protagonistes et peut-être à bientôt sur ce blog pour nous donner des nouvelles …

Published by Vincent Pereira - dans Emploi et outils du web
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 16:15

Aujourd'hui, j'intervenais auprès de demandeurs d'emploi en période de formation.

L'objectif était de leur présenter le blog comme un outil complémentaire à la recherche d'emploi.

Nous avons donc parlé de blogs CV, blogs professionnels et de réseaux sociaux.

Très bonne journée avec des groupes enthousiastes.

Vincent pereira formateur web 2.0 formateur webmarketing consultant web 2.0 consultant webmarketing

Published by Vincent Pereira - dans Emploi et outils du web
commenter cet article