Bienvenue

Chaque semaine, découvrez des articles dédiés au webmarketing, à la communication digitale, aux réseaux sociaux, à l'e-commerce, à l'e-tourisme et au référencement naturel.

facebook_inaativ.png twitter_inaativ.png google-plus_inaativ.png scoop-it_inaativ.png

 

e-books gratuits

 

agence_inaativ.png

Revues de presse

18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 15:37

Vous avez rédigé votre histoire et structuré la présentation de votre projet. A présent, avant de lancer votre communication auprès des 3 cercles du financement participatif, il vous reste une étape clé : la conception de la page officielle de votre campagne sur la plateforme de crowdfunding que vous avez choisie.

 

Cette page clé aura la lourde tâche de convertir des visiteurs en contributeurs.

Concevoir une page efficace sur une plateforme de crowdfunding

Conseils pour rédiger une page efficace

Pour que cette page soit efficace, vous devrez respecter plusieurs règles. En effet, un projet bien présenté et structuré a bien plus de chance de séduire, rassurer et convaincre.

 

1. Le titre et la phrase d'introduction : soignez particulièrement ces deux éléments. Ils doivent être clairs et accrocheurs. Un internaute sur deux, n'ira pas plus loin si vous n'êtes attractif dès le début.

Exemple de Ween sur KissKissBankBank

Exemple de Ween sur KissKissBankBank

Exemple de Caloprothèse sur Ulule

Exemple de Caloprothèse sur Ulule

2. Vidéo ou image d'ouverture : Une vidéo aura toujours plus d'impact qu'un texte et sera infiniment plus virale. Le but est d'expliquer votre projet (le concept, les valeurs, ...) dans un temps très court (entre 1 et 2 minutes maximum), en précisant pourquoi vous organisez une collecte pour le financer.

Exemple de la vidéo de Tartinades sur KissKissBankBank

Exemple de la vidéo de Tartinades sur KissKissBankBank

Si votre budget ne vous permet pas de réaliser une vidéo, soignez l'image d'ouverture avec un visuel créatif, votre logo et un message qui permettra à l'internaute de rentrer dans votre univers et de se projeter dans le projet.

Exemple de La chèvre Folle sur Ulule

Exemple de La chèvre Folle sur Ulule

3. Les descriptions "Mon projet", "Qui je suis", "Ma bio" ... : évitez les "tartines" de texte, les répétitions, les imprécisions et les fautes d'orthographe (faîtes relire plusieurs fois par un œil extérieur). Aidez-vous de l'article sur la rédaction de votre histoire pour bien présenter votre projet.

 

Aérez et structurez votre présentation avec des sous-titres et des paragraphes.

 

Dynamisez vos propos avec des images. Montrez des exemples de produits,  des maquettes ou un prototype, communiquez des chiffres, expliquez vos projets, ... Pour vos données chiffrées, réalisez une belle infographie.

Exemple d'une photo d'un produit du collectif Shelter sur kisskissbankbank

Exemple d'une photo d'un produit du collectif Shelter sur kisskissbankbank

Exemple d'Overade sur Ulule qui explique la fabrication de son premier prototype

Exemple d'Overade sur Ulule qui explique la fabrication de son premier prototype

Exemple d'In'Bô sur Ulule qui explique la répartition de son budget

Exemple d'In'Bô sur Ulule qui explique la répartition de son budget

Exemple de la sauce piquante Hellicious sur kisskissbankbank qui détaille sa campagne

Exemple de la sauce piquante Hellicious sur kisskissbankbank qui détaille sa campagne

N’oubliez pas que les fonds recherchés doivent permettre le financement de postes précis. Il faudra expliquer à quoi va servir la collecte et les objectifs que vous poursuivez grâce à ce projet.

 

Enfin, présentez l’équipe qui travaille avec vous afin d'humaniser votre projet. Pensez qu'une communauté se mobilise avant tout pour aider d'autres individus.

 

Il est conseillé de lire un grand nombre de projets déjà financés pour analyser leur page.

 

4. Les contreparties : nous avons déjà traité de l'importance des contreparties dans une campagne de crowdfunding, mais n'oubliez pas que vous avez la possibilité d'ajouter des images pour les illustrer :

 

- Choisissez de belles images, illustrant parfaitement les contreparties proposées

- Evitez les images génériques qui ne représentent pas directement les contreparties

- Ne dupliquez pas la même image pour toutes les contreparties

 

5. Les liens : intégrez des liens vers votre site, vos pages sur les réseaux sociaux, vers ceux qui parlent de vous, vos partenaires, ...

 

6. Une FAQ : anticipez et répondez à toutes les questions que votre projet peut soulever. Vous pourrez ainsi rassurer les visiteurs et vous gagnez du temps (ne pas répondre toujours aux même questions).

Exemple de la FAQ de Tartinades sur KissKissBankBank

Exemple de la FAQ de Tartinades sur KissKissBankBank

Donnez toutes les chances à votre campagne de crowdfunding

Vous souhaitez un accompagnement personnalisé et des conseils pour assurer le succès de votre campagne de crowdfunding ou votre levée de fond ?

 

L'agence Inaativ propose des prestations Crowdfunding sur-mesure.

Published by Vincent Pereira, formateur crowdfunding - dans Formation crowdfunding Formation marketing de contenu
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 09:22

Le crowdfunding c'est avant tout une histoire de relations humaines ! En effet, nous constatons que les contributions sont plus émotionnelles que rationnelles. C'est souvent un "coup de cœur" qui génère un don. Les internautes devront donc se reconnaître dans votre vision et vos valeurs pour adhérer au projet.

 

Raconter l'histoire de votre concept et donner une identité forte à votre projet seront indispensables pour susciter l'intérêt des contributeurs.

 

Réussir sa campagne de crowdfunding : l'art de raconter son histoire

L'art du pitch et du storytelling

Vous devrez privilégier une approche concrète et évitez les idées trop abstraites. En effet, les internautes devront croire en votre projet et comprendre pourquoi vous avez besoin de leur argent. C'est ainsi qu'ils arriveront à vous faire confiance et à vous soutenir.

 

Votre histoire devra s'appuyer sur des messages clés :

 

- A quoi va servir votre produit, votre service, votre action, ... (quelles solutions et quels bénéfices) ?

- Qui en profitera ? De quelle manière ?

- Quelle est votre vision à long terme ?

- Comment allez-vous utiliser les fonds collectés ?

- Quelles sont vos valeurs et celles défendues dans le projet ?

- Pourquoi portez-vous ce projet ? Qu'est-ce qui vous motive ?

 

Pour être certain de ne rien oublier, structurez votre discours avec la méthode QQPOCCQ :

 

- Quoi : explication du projet

- Qui : les personnes concernées

- Qui (bis) : qui êtes-vous ?

- Pourquoi : vos motivations, vos valeurs, vos convictions ...

- : zone géographique du projet

- Comment : les moyens que vous allez mettre en œuvre pour lancer votre projet

- Combien : la somme dont vous avez besoin pour boucler votre budget

- Quand : les échéances de la campagne et votre planning après la campagne

 

Maintenant, voyons dans quel ordre présenter ces informations ? Cette vidéo apporte quelques réponses en démontrant l'importance du "Pourquoi" par rapport au "Quoi". L'idée étant d'attirer en priorité ceux qui partagent les mêmes convictions que vous.

 

 

Ainsi, les détails techniques ne doivent pas gêner la compréhension du projet. Ils doivent arriver plus tard dans votre présentation, pour consolider le projet et répondre aux interrogations plus rationnelles.

 

Enfin, cette histoire que vous êtes en train d'écrire va évoluer au fil du temps. Pensez à la raconter en permanence : avant, pendant et après la campagne.

 

Deux articles pour vous aider :

 

- Présenter son entreprise par écrit

- Réussir son pitch

 

L'identité de votre projet

Pour que votre projet soit concret et que le public puisse se projeter, il devra posséder :

 

- Un nom : une marque, un nom de code, ... cela vous aidera aussi pour donner un titre à votre campagne

- Un logo : il sera l'emblème de votre projet, son identité visuelle. Vous pouvez lire le guide gratuit du logo pour aller plus loin.

- Un prototype (quand cela est pertinent), un schéma ou une présentation visuelle (illustrations, photos, vidéos, ...) : autant d'éléments concrets qui viendront compenser l'abstraction d'une simple idée. D'une manière ou d'une autre, il faudra montrer quelque chose de concret pour rassurer les internautes et démontrer que votre projet est viable.

 

Les déclinaisons

 

Votre discours devra être décliné sur des supports visuels :

 

- Une série d'images avec les messages clés du projet : elles devront être claires, attractives et incitatives afin d'être partagées plus facilement sur les réseaux sociaux.

- Une infographie pédagogique peut-être utile pour présenter le contexte ou les grandes étapes de votre projet

- Une vidéo : les internautes lisent rarement l'intégralité d'une campagne. La vidéo permet d'expliquer facilement votre projet et bénéficie d'un fort pouvoir viral. Généralement assez courte, son style peut varier d'un projet à un autre : clip, motion design, interview, pitch, ... Elle aura pour rôle de faire connaître le projet et d'attirer le public vers la page de votre campagne.

 

Validation du discours

Diffusez votre présentation à quelques proches en leur demandant ce qu'ils comprennent et s’ils contribueraient financièrement à votre campagne. En cas de réponse négative, demandez-leur ce que vous devez modifier. En plus de leur retour très utile pour améliorer votre discours, vous prenez la température des membres de votre premier cercle, qui seront les premiers à être sollicités.

 

Réalisez ce même test auprès de quelques personnes plutôt éloignées de votre projet et du crowdfunding. Leurs réactions et remarques sont souvent très pertinentes.

 

Commencez la mise ligne de votre discours après les modifications nécessaires.

Donnez toutes les chances à votre campagne de crowdfunding

Vous souhaitez un accompagnement personnalisé et des conseils pour assurer le succès de votre campagne de crowdfunding ou votre levée de fond ?

 

L'agence Inaativ propose des prestations Crowdfunding sur-mesure.

Published by Vincent Pereira, consultant webmarketing - dans Formation crowdfunding Formation marketing de contenu
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 01:28

Nous vous en parlions dès la fin août, la fonctionnalité statistiques est enfin disponible gratuitement sur Slideshare !

Vous allez pouvoir à présent mesurer vos actions sur cette plateforme très utile en inbound marketing BtoB.

A quoi sert Slideshare pour une entreprise ?

Avant de parler chiffres, rappelons quelques bases sur Slideshare.

Ce réseau social permet aux utilisateurs de partager des supports PDF ou Powerpoint, de les commenter et parfois de les télécharger. Le public est composé majoritairement de professionnels et d'étudiants.

Vous pouvez par exemple facilement diffuser un support de conférence ou de formation, des études de cas, des livres blancs ou des e-books, des mémoires, des études, des tutos, ...

Cette plateforme est idéale pour augmenter la visibilité d'une entreprise dont la stratégie digitale est axée sur l'expertise, le conseil ou la pédagogie.

Comprendre les statistiques sur Slideshare

A titre d'exemple, je vais utiliser le compte que j'utilise pour partager mes supports de conférences.

conference-inbound-marketing-slideshare.JPG

Pour commencer, cliquez sur l'onglet "Statistiques du compte" et choisissez votre période d'analyse (1 semaine, 1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an ou depuis l'ouverture de votre compte).

Dans un premier temps, vous pouvez observer le nombre total de vues et le nombre d'actions, illustrés par une courbe qui vous permet de visualiser votre progression.

statistique-slideshare.JPG

Je trouve l'indicateur "Actions" intéressant, car il permet de mesurer l'engagement (et donc l'intérêt) de votre communauté sur ce réseau : les personnes qui vous ont mis en favoris, le nombre de commentaires, les téléchargements, ... Ces indicateurs sont d'ailleurs classés dans un tableau sous le graphique.

Vous trouverez aussi les sources de trafic de vos publications.

source-trafic-slideshare.JPG

Je rappelle juste ce que signifie Embed pour la plus novices d'entre vous. Le code Embed permet à des sites ou des blogs d'intégrer votre diaporama dan le contenu d'une de leur page ou article.

En cliquant sur le lien bleu Traffic sources, vous aurez accès au top 20 de vos sources. Vous pouvez par exemple voir quels sont les blogs ou sites qui vous renvoient le plus de monde et ceux qui vous ont publiés (intéressant pour proposer ensuite des partenariats, du guest blogging ...).

ROI-slideshare.JPG

Enfin, toutes ces données sont exportables en CSV et en JPG.

Slideshare offre donc des statistiques intéressantes pour mesurer votre R.O.I sur cette plateforme. Evidemment, pour être complet, il vous faudra ensuite mesurer les statistiques sur votre site via Google Analytics par exemple. Vous pourrez identifier le nombre de personnes qui sont venues directement en cliquant sur un lien depuis Slideshare. Pensez d'ailleurs à mettre un lien dans chaque description !

Vous pourrez enfin observer les pics de croissance au niveau du trafic issu du search et les comparer avec les dates de publication sur Slideshare. En effet, des internautes peuvent tous simplement taper le nom de votre société dans Google pour vous retrouver après vous avoir découvert sur Slideshare.

 

Vincent Pereira, formateur en inbound marketing

 

Published by Vincent Pereira, formateur webmarketing - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 12:10

Gabriel Szapiro, de l’agence Bleu Saphir, proposait récemment un webinar sur la thématique de l’inbound marketing selon la stratégie du Sherpa. Nous vous proposons ici de faire un compte-rendu de cette vidéo. Vous pouvez visionner la vidéo dans son intégralité :

 

 


inbound

Les techniques de harcèlement médiatique ne fonctionnent plus. Marketing direct, call centers et autres clubs d’utilisateurs sont devenus obsolètes.


Faire venir à soi les clients au lieu d’aller les chercher et susciter chez eux le désir préalablement au besoin, voilà le fondement de l’inbound marketing.


L’inbound marketing prend appui sur 3 piliers :


- La culture de l’innovation : créer une communauté autour d’un « value innovation programm » qui privilégierait l’innovation dans toutes les décisions de l’entreprise.


- La culture de l’obsession client et non plus la pensée client ou le « client minded ». Il  faut désormais se mettre à la place du client, « penser sa pensée, ressentir ses émotions et parler son langage » (Cicéron).


- La culture de l’impertinence : triste ne veut pas dire sérieux, il faut donc être impertinent et créatif dans ses propositions.
 

 

La stratégie du Sherpa consiste donc à séduire le client pour le convertir. Cette stratégie se découpe en cinq étapes :


- Attirer : Par une stratégie éditoriale à l’aide d’un guide ou d’un blog. Le site d’une marque représente son repère vitrine et institutionnel mais le blog est un véritable repère d’identité émotionnel. Un guide ou un blog permettent donc d’augmenter le référencement.

- Séduire : La séduction commence par l’imprévu. Il est nécessaire d’intégrer les médias sociaux, les advergames ainsi qu’une rubrique « étonnez-moi » par exemple pour susciter l’intérêt. La séduction passe ainsi par l’humour, l’intrigue, l’inattendu, la surprise, la curiosité ou le storytelling avec l’utilisation du « je ».

- Convertir : La conversion représente l’élément fondamental grâce à une stratégie d’appât. Pour du B2B, les « landing page » ou pages d’atterrissage doivent être redirigées vers un livre blanc. Ce livre blanc, représentant l’appât, doit pouvoir être téléchargé gratuitement avec un  formulaire qui enrichira votre base de données. Le community management permet ainsi de remercier les clients d’avoir téléchargé le document et permettra d’envoyer un emailing de confirmation pour susciter le partage vers d’autres utilisateurs. Le visiteur devient ainsi un véritable prospect.

- Permettre : Le marketing de la permission et du désir consiste à n’envoyer de message qu’à ceux qui nous en ont donné la permission et qui l’ont désiré. Associer digital, relation publique et presse ainsi qu’un positionnement différenciateur est la clé. Il est ainsi important de ne pas oublier le offline dans le digital. Les relations publiques et le community management sont donc complémentaires.

- Conclure : Il est enfin nécessaire de nourrir le lead (la personne qui a répondu par un formulaire). Plusieurs mesures complémentaires au marketing automation sont possibles: la base de données par  actions, les relations presses, les relations publiques, le scoring des lead (pour un retour sur investissement) ou l’e-mailing récurrent apportant quelque chose de nouveau, une innovation, un contenu gratuit par mois.
Le "marketing automation" consiste donc à construire une typologie client segmentée à partir du formulaire. Celui-ci permet ainsi de prévoir en fonction du type de client le bon scénario à adopter en matière d’e-mailing.
Les leads deviennent ainsi progressivement des clients.

- Fidélisation et viralité : La fidélisation est essentielle pour conduire une stratégie pérenne. Il est nécessaire de mettre en place :


- Des clients ambassadeurs qu'il faut valoriser
- Un réseau social communautaire : avec un ou des partenaires il est possible de créer son propre réseau ce qui resserrera la culture d’entreprise.
- Les « early adopters » ou nouveaux arrivants sont volatiles. Il est important de les choyer avec des stratégies de cocooning car ils ne sont pas encore surs de leur choix envers la marque.
 

 

Pour résumé, le succès de l’inbound marketing est le fruit de :


- L’invitation à faire venir les clients à soi
- L’invitation au storytelling par la marque
- L’invitation à pratiquer le principe du positionnement différenciateur
- L’invitation de la permission au désir
- L’invitation à une communication interactive ou à la stratégie du ricochet : chaque action menée ricochent sur les autres.

 

 

Article écrit par Emma Labrador

Published by Vincent Pereira - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 04:51

Les standards de la publicité classique ont changé. Face à une concurrence toujours plus forte, l’évolution des comportements des consommateurs et la diversification des canaux de diffusion, les marques doivent désormais se démarquer pour susciter l’intérêt.


Le storytelling (le fait de raconter une histoire) favorise une meilleure adhésion à une marque, un produit, une entreprise. Cette tendance permet avant tout de se différencier et de susciter un véritable intérêt pour un produit.


Le storytelling s’anime autour de deux axes :

 

-Les histoires sont racontées par l’entreprise.
-Les consommateurs construisent l’histoire par le biais d’expériences.


Les clés d’un storytelling réussi résultent d’un schéma narratif réfléchi avec :

 

-Un héros : le personnage central auquel il est facile de s’identifier
-Une intrigue engageante
-Des personnages secondaires positifs
-Une fin heureuse


Pourquoi utiliser le storytelling :


-Il fidélise et permet d’acquérir de nouveaux clients en jouant sur l’émotion
-Il donne ou redonne confiance en la marque
-Il permet une meilleure identification sur le long terme
-Il favorise les interactions en créant une communauté et des ambassadeurs
-Il utilise de nombreux canaux de communication


Les différents canaux de communication :


-La télévision
-La radio
-La presse
-Les affichages publicitaires
-Internet : blogs, sites web, plateformes communautaires, réseaux sociaux, mailing.



Quels supports utiliser ?


La vidéo  permet de raconter des histoires fortes en jouant sur les émotions. Les vidéos virales (diffusées via les réseaux sociaux) peuvent ainsi créer le buzz sur Internet et capter durablement l’attention des cibles. En effet celles-ci sont diffusées 12 fois plus qu’un simple lien vers du texte.
 

Les images représentent l’élément principal du storytelling. Efficaces, elles permettent de traduire instantanément une idée et de raconter des histoires. Les images sont facilement diffusables sur les réseaux sociaux et permettent d’avantage d’engagement. Que ce soit sur Twitter ou Facebook, les posts publiés avec des images sont les plus partagés. Par ailleurs, Instagram ou Pinterest traduisent parfaitement l’engouement pour les photographies qualitatives.
 

L’audio prolonge une histoire en la rendant plus captivante. Il permet de faire travailler l’imaginaire de la cible en jouant sur les émotions et les sentiments.
 

Le texte est l’essence même d’une histoire et permet de laisser libre cours à son imagination.
Il est possible de combiner supports et médias pour diffuser une histoire ; c’est ce qu’on appelle le transmédia.

 


Les avantages du transmédia


Le transmédia consiste donc à raconter une histoire sur différents canaux mais en développant un contenu différent pour chaque média. Il est cependant important de garder une cohérence entre tous les messages diffusés.
Savamment utilisé, le transmédia narratif permet d’enrichir son contenu et d’augmenter l’adhésion du consommateur sur le long terme. Par ailleurs, Internet a permis de décupler les interactions, l’engagement et l’implication du consommateur.
 

 

3 exemples de storytelling

 
Vous connaissez forcément les marques Oasis, Redbull ou encore Michel et Augustin. Ces trois enseignes ont bien compris que pour fidéliser leurs clients, il fallait leur apporter d’avantage qu’un simple produit mais un véritable univers de marque.


Oasis a misé sur une logique affective. Les fruits personnifiés sont drôles et attachants et les consommateurs prennent du plaisir à regarder leurs aventures via les réseaux sociaux. On dépasse ainsi le simple cadre de la boisson fraîche.



  OASIS_Frame_01-copie-1.jpg
 

 

 

Redbull mise lui sur ces activités annexes. Organisateur d’événements et détenant sa propre entreprise média, la firme est véritablement connectée à ses clients. En associant boissons énergisantes à la pratique de sports extrêmes et d’aventures fortes en général, son cœur de cible, un public jeune et dynamique, s’approprie réellement les valeurs de la marque.


redbull.jpg 
 

 

Michel et Augustin, la marque française crée par Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, est parti du constat que les produits de grandes distributions ne véhiculaient aucune histoire forte. Les « trublions du goût » ont ainsi crée un univers de marque décalé et drôle en se mettant en scène lors d’actions régulières de street-marketing. L’objectif est simple : être au plus près de leurs consommateurs en alliant produit de qualité et divertissement.


 ma.jpg
 

 

Les limites du storytelling


Attention cependant, le storytelling est à manier avec habileté. Il y a certains écueils à éviter:


-Le manque de sincérité. A l’instar de ces géants industriels ventant l’authenticité de leurs produits, une histoire inventée de toute pièce sera vite percée à jour. A l’heure du tout digital, les consommateurs veulent véritablement retrouver une certaine authenticité auprès des marques.


-Le complexe du père fondateur. L’un des dangers du storytelling centré sur le créateur de la marque est que celui-ci peut finir par étouffer l’image de la marque. L’époque de Steve Jobs et Apple fait cependant partie des quelques exemples qui prouvent que l’histoire et l’image du fondateur peuvent incarner un produit.


-L’éparpillement. A trop vouloir développer une histoire de marque complexe, on finit parfois par s’égarer. De même, certaines stars ou sportifs ambassadeurs collaborent avec plusieurs marques en même temps. Résultat ? Le message véhiculé perd en crédibilité.

 

En somme, le storytelling représente un bon moyen de développer son image et de fidéliser ses clients. Il est cependant important de bien définir sa stratégie en amont.
 

Enfin, depuis quelque temps, une nouvelle tendance fait son apparition, le Story Making. Certaines marques désirent aller plus loin que le simple récit d’une histoire mais elles souhaitent s’engager dans l’accompagnement de projets individuels en soutenant des personnalités ou des champions. A suivre…

 

 

Article écrit par Emma Labrador

Published by Vincent Pereira - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:30

L'apparence d'une page web ou d'un article de blog peut avoir un impact direct sur l'expérience de l'internaute. Le choix des illustrations (photos, dessins, icônes, pictos, ...) a aussi son importance car elles peuvent attirer l'attention des lecteurs. De plus, quand les lecteurs partagent vos billets sur les réseaux sociaux, ils ont la possibilité d’afficher une image ; si celle-ci est bonne alors elle est plus susceptible d’être partagée (et votre article aussi par la même occasion !).
 
La qualité de vos images reflète donc la qualité de votre site ou blog.

Mais choisir une image ce n'est pas aussi facile que ça !

Quelles sont les clés d'une bonne image ? Comment les disposer ? Comment trouver des images gratuites ?

Pour répondre à ces questions, nous avons trouvé une infographie très complète issue de Marketing Land. Sous cette image, vous trouverez la traduction de l'infographie ainsi que nos commentaires.

 

Pour ceux qui désirent voir l'infographie dans son intégralité et en anglais, c'est par ici! 


Capture.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les conditions à remplir pour des images de haute qualité :

-    Des couleurs claires
-    Une bonne exposition
-    Une bonne composition
-    Pas de détails flous ou granuleux
-    Pas d’images déjà utilisées sur un autre billet.

Quelles images utiliser ?

Aussi facile que cela semble l’être, vous ne pouvez pas prendre n’importe quelle image trouvée dans les recherches Google. Il est important de savoir quelle image peut être ou non utilisée en fonction de ses droits d’auteurs.

Quand vous cherchez une photo, sachez toujours quels types de droits d’auteurs l’image détient.

Il y a plusieurs types de licences mais celles citées ci-dessous sont celles que vous devez connaître quand vous cherchez une image pour un billet de blog :

-Creative Commons : organisation à but non lucratif qui a mis ce service en place afin de faciliter la mise sous licence pour les photographes. Les images, issues de Flickr, Google, Yahoo, Pixabay, ne sont pas toujours disponibles pour des usages commerciaux et vous n’avez pas à payer pour les utiliser. Vous devrez cependant fournir un crédit photo.

-Royalty Free (RF) : vous pouvez parcourir les images à travers des sites de stock de photos et avez seulement à payer la licence pour les utiliser. C'est le cas des sites comme Fotolia, Shutterstock.com, Istockphoto.com ou Gettyimages.com.

-Domaine Public : Pas de licence ou d’achat pour les photos de domaine public. Le photographe a décidé de placer ses photographies dans le domaine public pour tous usages.


Comment trouver des images gratuites pour illustrer son site ou son blog ?


Voici une sélection de sites totalement gratuits proposant des photographies de très bonne qualité.


1-Flickr


Flickr est le site web le plus populaire pour le partage de photos amateurs. Pourtant, la majorité de ces clichés sont souvent professionnels.   
Flickr soumet ses photos à certaines conditions d’usages. Le site web propose pour ceux qui le désirent une licence Creative Commons qui clarifie les conditions d’usage des photographies. Pour copier, distribuer, afficher et communiquer sur une des photos choisies, il est nécessaire d’effectuer une recherche avancée.
 

 

Voici une capture d’écran qui vous permettra d’y voir plus clair:


aa

bb

Le site de Flickr.fr

2-Publicdomainarchive


Ce site propose des images de domaine public gratuites et tente de centraliser un large panel de photographies de hautes qualités. Le site fonctionne donc comme un entrepôt d’images où les photographies sont archivées par thèmes. Il est possible d’utiliser la barre de recherche pour plus de rapidité.
Il est également possible de contribuer au développement du site en envoyant ses propres photos en respectant toutefois certaines conditions techniques.
 

 

Le site de publicdomainarchive.com

3-Unsplash.com


Unplash est un catalogue d’images créé sous tumblr qui promet de mettre en ligne 10 nouvelles photographies haute résolution tous les 10 jours. L’affichage est en format XXL ce qui permet de profiter pleinement de la qualité des photographies.
Le site n’offre cependant pas la chance d’effectuer une recherche précise.

 

Le site de unsplash.com  

4-Every Stock Photo


Ce site fonctionne comme un moteur de recherche en redirigeant les requêtes vers les sites hébergeurs. Le site répertorie ainsi plus de 20 millions d’images ! Il est cependant important d’effectuer une recherche avancée afin d’accéder uniquement aux photos libres de droit et gratuites.

cc-copie-2.jpg
 

 

Le site de everystockphoto.com


5-Deviantart

 
Ce site de partage de photographies amateurs offre un panel d’illustrations gratuites et libres de droit. Il est possible de retrouver ces photographies dans l’onglet « Resources & Stock images »  en effectuant une recherche ciblée.
 

 

Le site de deviantart.com


6-Iconfinder


Parce  que les images d’un site ne se réduisent pas qu’aux photographies, Iconfinder vous propose une sélection graphique d’icônes prêts à l’emploi. Attention cependant à ne télécharger que celles qui sont gratuites.
 

 

Le site de iconfinder.com

En somme, ces sites représentent de bonnes alternatives aux sites d’images payants en offrant des images de qualité. Un conseil, pensez aux recherches en anglais ou en espagnol par exemple qui compléteront vos résultats.


Ne pas oublier de citer les crédits.


Peu importe où vous avez trouvé votre image, vous devez toujours attribuer des crédits quand ceux-ci sont dus.
Inclure un crédit photo donnera à votre blog plus de professionnalisme.  Citez l’auteur original avec un lien pointant vers son travail ; il y a plusieurs façons de le faire :

-www. : souvent ajouté par auteur-nom/url «(lien) »
-<img/> : un code intégré fourni par la photo source
-HT : « HT auteur-nom » (lien)
-Via : « via auteur-nom/url » (lien)
-Un lien dans le billet qui cite l’auteur original
-Ajoutez une description avec le texte et le lien
-Droits d’auteurs : cette photo, « titre de l’image » fait l’objet de droits d’auteurs « lien de l’auteur »  et est disponible sous le type d’attribution suivant : « lien »
-Liez directement au type de licence Creative Commons que vous utilisez.

Créer votre propre image

Si vous ne trouvez pas la bonne photo pour votre billet, ajoutez-y un peu d’originalité en créant la vôtre. Utiliser une photo que vous avez prise ou créez votre propre photo spécialement pour votre blog.

Voici quelques conseils à suivre

-Prenez votre photo proche d’une lumière naturelle et non à contre-jour.
-Utilisez des accessoires pour raconter une histoire mais soyez sûre de rester simple.
-Créer votre propre arrière-plan avec un poster, un tableau blanc ou quelque chose de similaire. Si vous prenez votre photo à la maison, faîtes d’abord le ménage !
-Prenez la photo sous tous les angles et choisissez le meilleur !

Si vous créez un tuto, ajoutez une capture d’écran pour continuer d’illustrer votre propos. Quand vous sauvegarder votre capture d’écran, ne le faîte pas en JPEG mais en PNEG pour une meilleure qualité.
Faîtes attention en redimensionnant, ne le faîte pas de façon maladroite (50%, 25%).
Ne montrez pas toutes vos barres d’outils, signets et toutes autres infos non nécessaires sur votre capture d’écran. Gardez la aussi simple et générique que possible.
Utilisez une image que vous avez dessinée.  


Dimensionner une image

La taille des images de votre blog peut affecter la vitesse de téléchargement de votre page et la façon dont les lecteurs perçoivent votre billet.


72dpi vs 150dpi : une résolution plus haute équivaut à un temps de téléchargement plus long.
72dpi : une résolution plus basse se télécharge plus vite mais à une qualité moindre.
Taille recommandée : 500px x 500px : cela permet de redimensionner l’image facilement.
La résolution recommandée se situe entre 72dpi et 96dpi, au-dessus le téléchargement sera long.
Pour réduire le temps de téléchargement d’une page,  réduisez la taille de l’image sans affecter sa qualité en la compressant.

Voici quelques outils de compression : SmushIT, JPEG Optimizer, Image Optimizer, TinyPNG

Emplacement de l’image

L’emplacement d’une image dans votre billet est stratégique et déterminera si vos lecteurs resteront sur votre page ou non.


-Centrez toujours les images larges
-Les images plus minces doivent aussi être centrées (vous pouvez couper les images larges pour gagner sur le téléchargement de la page)
-Gardez les images positionnées à droite et à gauche de petite taille pour éviter de surcharger le texte.
-Placez une image au-dessus de la ligne de flottaison : quand les lecteurs lisent votre titre et votre intro, ils verront un bout de votre photo et descendront pour voir le reste. Ils sont plus susceptibles de lire l’en-tête sous la photo que le reste de l’article.
-Utilisez de grandes images pour séparer les parties ou pour créer de l’impact. Utilisez-les de façon éparse ou elles ralentiront le temps de chargement de votre page.

 

 

Article écrit par Emma Labrador

Published by Vincent Pereira - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 03:25

Strategie-marketing.jpg

Souvent considéré comme un document interne, la présentation marketing d'une entreprise peut permettre de solliciter des investisseurs, d'informer des actionnaires, de rassurer des clients, ...

 

Mais ce document peut aussi parfaitement s'intégrer dans une stratégie de Content Marketing.

 

Comment structurer sa présentation ?


Voici les points essentiels à traiter dans votre document de synthèse :


- L'identité de la marque (son histoire, ses valeurs, ...)

 

- Les chiffres clés (CA, marge, objectifs, ...)

 

- La concurrence (son positionnement et ceux des concurrents, les parts de marché, les points de différenciation, ...)

 

- Les cibles (segmentation, profilage, ...)

 

- Analyse de l'environnement (matrice de Porter, analyse SWOT, ...)

 

- Le mix marketing (les produits, les prix, la distribution et la communication)

 

- Les innovations et les projets à venir


Comment utiliser cette présentation dans une stratégie de contenu sur le web ?

 

Une présentation marketing peut aussi vous apporter de la visibilité sur le web et de la notoriété.

 

Il suffit pour cela de diffuser votre présentation sur Slideshare et de suivre quelques bonnes pratiques.


Voici un très bon exemple de la marque Red Bull.


 

Conditions de réussite


La clé du succès ne réside pas uniquement dans la diffusion. Il faudra aussi respecter plusieurs conditions de réussite :


- Soigner la forme (le design, la mise en page, ...) et le fond (pertinence des propos, qualité rédactionnelle, ...). Votre présentation doit donner envie d'être lue et partagée.

 

- Rédiger un titre pertinent et une description comprenant des mots clés lors de la mise en ligne sur Slideshare

 

- Ecrire un article sur son site ou son blog en intégrant sa présentation (avec le code embed)

 

- Partager sa présentation sur Facebook, Google + et Twitter en utilisant des hashtags ciblés

 

- Partager sa présentation sur Viadéo et Linkedin (sur son profil, dans des groupes marketing, ...)

 

- Informer les blogs marketing avec un communiqué (angle "étude de cas" par exemple)

 

- Mettre en place un dispositif de veille pour suivre les résultats (nombre d'articles, de mentions, de partages, ...)

 

- Suivre les statistiques sur son site pour vérifier l'impact de l'opération (augmentation des visiteurs, backlinks, ...)

 

Au-delà de votre stratégie marketing, vous pouvez aussi parler d'un lancement de produit, d'une opération évènementielle, ... L'idée est de conserver une tonalité pédagogique et de penser avant tout à l'utilité pour l'internaute (condition essentielle pour lui donner envie de partager votre document).

 

Enfin, (si votre budget le permet) vous pouvez aussi compléter cette action avec :

 

- Une infographie web

 

- Une vidéo en motion design

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

 

     Vincent Pereira, consultant webmarketing chez Inaativ

Published by Vincent Pereira, consultant communication digitale - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 14:26

Dernièrement, en formation marketing de contenu, nous avons longuement étudié le brand content (contenus réalisés par les marques).

Pour ceux qui ne savent pas définir le brand content, visionnez d'abord cette vidéo explicative.

 


 

 

Pour illustrer ce concept, les participants à cette formation ont fait des recherches afin de sélectionner 10 exemples qui leur paraissaient pertinents (documentaire, web série, guide, BD, tutoriel, blog, application, ...).

 

Ils devaient classer leurs exemples dans l'une des trois approches suivantes :

- L'approche ludique et divertissante

- L'approche utile et pratique

- L'approche découverte et inspiration

 

1. Mixa bébé

 

- Approche utile et pratique

- Support : blog

 

Mixa bébé sur le blog le-coin-des-mamans.fr propose des articles conseils dédiés aux femmes enceintes ou aux mamans. Les rubriques sont riches : nutrition de bébé, soin de bébé, ma grossesse, éveil et développement, ...

 

brand-content-mixa-bebe.JPG

 

2. Concept 2

 

- Approche utile et pratique

- Support : guide numérique (lien vers article e-books)

 

Concept 2 commercialise des avirons et des rameurs d'intérieur. Sur son site Internet, la société propose de télécharger gratuitement des guides pour concevoir une séance d’entraînement adaptée à ses capacités et à ses objectifs, des conseils en nutrition, un suivi pour accompagner la perte de poids, ...

 

guide-rameur.JPG

3. Marine Nationale

 

- Approche découverte et inspiration

- Support : documentaire web et TV

 

Les documentaires de la Marine Nationale tournés en caméra embarquée permettent à la cible de se plonger au cœur du fonctionnement d’une frégate de défense aérienne ou d’un sous-marin nucléaire d’attaque. Toutes les vidéos sont disponibles sur la chaîne Youtube de la Marine Nationale.

 

documentaire-marine-nationale.JPG

4. CIC

 

- Approche ludique et divertissante

- Support : web série

 

En 2012, Les Objectifs de Cyprien, une web série destinées aux jeunes actifs proposée par le CIC, avait totalisé plus de 4 millions de vues sur Youtube.

 


 

Cette année, le CIC renouvelle l'expérience avec On vous rappellera une autre web série à destination d'une autre cible autour de l'univers des assurances.

 


 

5. Redbull

 

- Approche ludique et divertissante

- Support : vidéos et évènements

 

Red Bull axe sa communication sur le Brand Content et l'évènementiel en s’associant avec des compétitions sportives extrêmes : chutes libres, course automobile, skate, ... Tous les défis sont bons pour réaliser des vidéos impressionnantes.

La marque propose 2 sites dédiés :

 

-Redbull.fr en français

video-redbull.JPG

 

- Redbullcontentpool.com où l'internaute peut même télécharger des vidéos.

Redbull-content.JPG

6. Le parfait

 

- Approche utile et pratique

- Support : tutoriel vidéo

 

La marque de bocaux Le Parfait met à disposition une vidéo qui explique à l'internaute comment faire ses conserves. Une vidéo qui rend service à l'utilisateur et qui met en scène les produits de la marque.

 

 

7. Clarins

 

- Approche utile et pratique

- Support : application pour smartphone

 

Mon fil rouge beauté est une application qui offre des conseils, la possibilité d'échanger avec un expert et des services de type alerte, géolocalisation, ...

 

clarins-application-mobile.jpeg

 

8. Leroy Merlin

 

- Approche ludique et divertissante

- Support : BD web

 

PremierChezMoi.fr reprend les ingrédients du blog BD : humour et situations du quotidien. Sauf que tout est centré sur l'univers de l'habitat et que l'internaute peut aussi découvrir les produits de l'enseigne et se faire conseiller sur l'aménagement de sa maison ou la réalisation de petits travaux.

 

BD-deco.JPG

9. Uniqlo

 

- Approche découverte et inspiration

- Support : Pinterest

 

La marque japonaise propose à ses clientes des coiffures adaptées aux vêtements qu'elles portent. Les tutoriaux sont disponibles sur Pinterest sous forme de photos et en version animée sur leur site.

Pinterest-coiffure.JPG

La marque n'est pas à son coup d'essai puisqu'elle proposait en 2012 une application avec des recettes de cuisine adaptées à sa tenue vestimentaire.

 

10. Fred Perry

 

- Approche découverte et inspiration

- Support : Plateforme musicale

 

La marque britannique de prêt-à-porter propose un site destiné à faire connaître de jeunes groupes musicaux dont l'univers est proche de celui de la marque.

marque-et-musique.JPG

 

Pour aller plus loin :


- Un scoop.it dédié au marketing de contenu et aux stratégies éditoriales

 

- Un article sur la matrice du marketing de contenu

 

- Des exemples de brand content de PME et TPE

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

Vincent Pereira, consultant et formateur webmarketing pour Inaativ, agence de communication à Bordeaux

Published by Vincent Pereira, formateur communication digitale - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 14:00

En formation marketing de contenu, nous parlons souvent des bonnes pratiques en matière de stratégie éditoriale. Nous analysons les méthodes des entreprises qui réussissent à créer du trafic qualifié vers leur site et à améliorer leur référencement naturel en créant du contenu.
 

Aujourd'hui, voici 6 exemples de petites entreprises issues de secteurs différents qui utilisent un blog ou leur site, pour produire du contenu pertinent complémentaire à leur offre commerciale. 

 

CHRISTOPHE CANO


blog coach sportif 
Secteur d'activité : Coaching sportif
 

Support utilisé : site Internet
 

Ligne éditoriale : Donner des conseils en musculation, nutrition et bien-être.
 

Exemples des derniers articles

 

conseil coach sportif 
Intérêts des contenus :


- Crédibilise et démontre son professionnalisme
- Permet de fidéliser les clients
- Favorise la recommandation et le partage sur les réseaux sociaux
- Améliore le référencement du site grâce à la production très régulière d'un contenu riche (conseils, recettes, photos, vidéos, ...) et de qualité
 

 

ELYOTHERM

Blog plomberie

Secteur d'activité : Plomberie et chauffage

 

Support utilisé : blog
 

Ligne éditoriale : Donner des conseils en plomberie et chauffage.

 

Exemples des derniers articles

conseils plombier blog
Intérêts des contenus :
 

- Renforce l'image d'expert de l'entreprise
- Outil d'aide à la vente et de relation client
- Améliore le référencement du site grâce aux liens optimisés qui pointent dessus
 

 

ABSOLUTE EVENT

blog agence evenementielle
Secteur d'activité : Organisation d'évènements corporate 

 

Support utilisé : un blog dédié au positive content 

 

Ligne éditoriale : Partager les valeurs positives de l'agence et valoriser ses prestations.
 

 

Exemples des derniers articles


webzine evenementiel
Intérêts des contenus :
 

- Renforce le positionnement haut de gamme de l'agence
- Valorise ses prestations grâce à des études de cas
- Démontre son expertise en donnant des conseils
 

 

BORDERLINE


boisson francaise
Secteur d'activité : Jus de fruit 100 % naturel


Supports utilisés : site Internet et blog intégré


Ligne éditoriale : Créer un univers décalé propre à la marque et mettre en scène les produits.


Chaque parfum de la marque est représenté par un personnage : le Dandy des Bas-fonds, la Nymphette délicieuse, le Geek chic, la Cougar puritaine, ... Sur leur blog, chaque boisson ainsi "humanisée" va avoir son propre univers avec sa play-liste, ses coups de cœur et ses articles (modes, tendances, vidéos ...).

 

univers décalé boisson  
Intérêts des contenus :


- Reflète l'atmosphère de la marque
- Créé une identité forte et un attachement à la marque (capital sympathie)
- Contenu divertissant facilement partageable, qui permet de faire connaître la marque sur le web
 

 

GITE AYGUES VIVES A LUZENAC

 

Gites
Secteur d'activité : Tourisme


Support utilisé : site Internet


Ligne éditoriale : Offrir aux internautes des informations relatives à des événements locaux et des promotions.


Le propriétaire propose des promotions, grâce à la rubrique "Nos promos de saison". Il publit aussi des articles sur "Les ambiances Gîte de France" et fait la promotion de sa région dans une rubrique "A découvrir", où il parle des fêtes à venir, des actualités et autres événements locaux. Il propose également une rubrique dédiée aux actualités "Sport et Nature". 

Intérêts des contenus :


- Aide les clients à préparer leur séjour
- Booste les réservations (notamment grâce aux promotions)
- Fidélise les clients (rubrique "Nos aimables visiteurs")
 

 

LE FAMILY ECOLODGE

 

Ecolodge
Secteur d'activité : Tourisme
 

Support utilisé : un blog dédié au tourisme insolite
 

Ligne éditoriale : Faire découvrir des offres ou activités touristiques qui sortent des sentiers battus.


Le Family Ecolodge, avec son concept d'hébergements insolites et écologiques, propose sur son blog des informations sur les dernières actus et événements, le tourisme insolite, les bons plans, l'écotourisme ... Il propose aussi des articles dédiés aux groupes et séminaires qui représentent pour eux une part importante de leur activité.

Intérêts des contenus :

- Capte un trafic ciblé 

- Améliore le référencement du site grâce aux liens optimisés qui pointent dessus

Dans le tourisme, nous avions déjà partagé les bonnes pratiques webmarketing d'un hôtel.
 

 

Autres articles pouvant vous aider

 
- Les bonnes pratiques sur les réseaux sociaux 

- Comment trouver des idées pour produire du contenu de qualité régulièrement 
- Formaliser une stratégie éditoriale
 

 

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

    Vincent Pereira, formateur webmarketing pour Inaativ, agence digital à Bordeaux 

Published by Vincent Pereira, consultant webmarketing - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:45

dispositif-marketing-Mc-Do.JPG

 

Depuis début septembre, au Canada, McDonald’s propose aux internautes une expérience collaborative nommée 140 Characters Films.


Le concept est le suivant : les internautes proposent, via Twitter, des courtes histoires qui doivent mettre en scène des personnages créés pour l'opération : BigMac le « Mac », Fries les frites bagarreuses, McFlurry la douce demoiselle, McNugget le shérif et McWrap le lover. 

 

 


 

Chaque scénario proposé ne doit pas dépasser la taille d'un Tweet (140 caractères). Le hashtag à intégrer dans le message est #MakeMyFilm (ou #FaitesMonFilm pour les Twittos francophones).

 

Les gagnants ont le privilège de voir leur idée reprise dans une animation réalisée par la marque, avec leur nom au générique, comme dans l'exemple ci-dessous.

 


Je trouve cette opération intéressante car elle mixe plusieurs tendances de marketing digital :


- Marketing participatif : les internautes collaborent avec la marque.


- Marketing social : la marque exploite parfaitement les contraintes de Twitter (taille des messages, hashtag, ...) et les codes des réseaux sociaux : contenu viral, humour, ton décalé, ... Tout est prévu pour un partage massif.
   

- Marketing de contenu : le dispositif permet à Mc Do de créer un contenu unique, sous forme de vidéos, qui viendra animer ses différents canaux.
 

- Brand Content : ces vidéos mettent en scène l'univers et les produits Mc Do.

 

Certes, vous n'avez pas les moyens financiers de la marque, mais je trouve qu'il y a dans cette action des idées à prendre et à adapter à votre marché.

 

avatar vincent formateurconsultant

 

 

    Vincent Pereira, formateur marketing de contenu et stratégie digitale

Published by Vincent Pereira, consultant webmarketing - dans Formation marketing de contenu
commenter cet article